Les filles de Wakefield 2 / Amandine de Stéphanie Perreault, publié chez NUM Éditeur.
0
 
LIRE UN EXTRAIT :
AMANDINE - RÉSUMÉ

Wakefield, un petit village du Québec niché dans les montagnes de la Gatineau, a vu le 20e siècle débuter. Les filles Providence, Carole-Anne et Esther, ont toutes deux trouvé leurs voies. Alors que Carole-Anne demeure à la ferme familiale, Esther s’est éloignée du nid afin de dédier sa vie à aider autrui. La vie religieuse lui semble la bonne avenue pour vivre sa vocation.

 

Alors qu’elle est au Couvent de Hull et s’apprête à prononcer ses voeux, un lourd nuage pèse sur la ville. En cet après-midi du 26 avril 1900, Hull connaît le plus grand incendie de son histoire. Dans son commerce du centre-ville, Amandine Allard rassemble courageusement ses enfants autour d’elle, puis voit son mari disparaître dans les flammes. Réalisant qu’elle a tout perdu, Amandine se résout à tout rebâtir et à devenir, elle aussi, une fille de Wakefield.

 

 

EXTRAIT

 

Sous un ciel qui semblait pour l’occasion s’être paré d’une myriade de pointes diamantées qui se reflétaient dans le lisse sillage laissé par les patins de leur traîneau, Carole-Anne et Sainte-Croix filaient vers l’église.

Ils arriveraient bien tard, mais juste à temps pour assister à cette messe de minuit qui était particulièrement importante cette année pour eux. Le temps pressait et le fouet aurait fendu l’air si celui qu’on avait rebaptisé Sainte-Croix avait été homme à faire usage de cet outil avec les bêtes ; or il préférait les encourager en donnant de la voix. Même s’il n’était trop sûr de rien, il gardait confiance et pensait qu’ils arriveraient probablement à temps ; avant en tout cas, que la cérémonie ne fut vraiment commencée. L’idée que peut-être il pourrait décevoir un peu Carole-Anne le rendait un peu nerveux et il se disait « si seul’ment on avait pris la route plus tôt ! »

 

Mais sans qu’il ne s’en soit vraiment aperçu, le temps avait filé et les préparatifs s’étaient avérés plus longs que prévu, car pour ce jour sacré Carole-Anne voulait apparaître dans ses plus beaux atours. Et comme il voulait faire preuve de patience et ne la contraindre en rien, finalement lui aussi se retrouvait dans l’embarras. Ils arriveraient à temps ! Enfin il tentait silencieusement de s’en persuader, car à cause des intempéries de la veille et du peu de passage qu’il y avait eu, le sentier n’était plus trop visible et il ne pouvait vraiment suivre les traces de personne. Bien qu’il connaissait parfaitement le chemin qu’il avait parcouru maintes fois, il devait demeurer prudent et rester attentif aux moindres changements qui pourraient surgir sur la route. Habitué aux hivers canadiens et aux dangers que la neige fraîchement tombée pouvait receler : ornières ou bosses de glace dure comme pierre, il savait que sa vigilance ne devait pas fléchir. Pas question de verser ; aussi à cette vitesse, il devait redoubler de prudence.

 

Occupé par ce grand train qu’il lui fallait mener à bien, il ne pouvait s’empêcher, de temps à autre, de jeter un coup d’œil rapide sur Carole-Anne. Éclairées par la lune, ses joues rougissaient dans le froid de la nuit, malgré qu’elle eût le menton enfoui dans la fourrure de son col. Elle lui apparaissait adorable et presque devait-il détourner vivement le regard, car sinon un trop-plein d’émotion l’aurait envahi, si, trop longtemps il s’était attardé sur elle. Sa femme avait mis beaucoup de soin à sa toilette et rayonnait de vie. Elle avait essayé bon nombre de combinaisons pour assortir les couleurs et harmoniser tout de ce que finalement elle avait choisi de porter. Jamais Sainte-Croix n’avait regretté d’avoir jeté son dévolu sur une créature aussi jolie et bonne que celle qui se trouvait à ses côtés. S’efforçant habituellement de ne pas trop montrer ou dire combien il tenait à elle, car il était réservé par nature, il ne put pourtant à cet instant s’empêcher de lâcher :

 

— Mon Dieu, ma femme, t’es don’ ben belle !

L'AUTEURE
Stéphanie Perreault

Stéphanie est aisément fascinée; un rien l'inspire. Elle a toujours été passionnée par la lecture et l'écriture. Elle était âgée de 15 ans lorsqu'elle a écrit son premier roman. Ses textes ont été découverts en Europe où plusieurs de ses fictions ont été publiées.

 

C'est au sein du gouvernement fédéral qu'elle a d’abord servi la population canadienne. Atteinte de conditions neurologiques causant de la douleur chronique, elle est maintenant dédiée à ses fonctions de co-présidente d’un comité national de recherche sur la douleur chronique et à l’écriture. Depuis plusieurs années, Stéphanie guide des enfants et des adolescents dans la création de leurs premières œuvres littéraires.

 

 

Les filles de Wakefield 2 / Amandine

Format ePub et Kindle / 166 pages
Collection NUM FICTION
ISBN 978-2-924286-69-2

 

Numérique : 7,99 $ / 5,79 €

 

DE LA MÊME AUTEURE :
AUSSI EN VENTE SUR :
 
BOUTIQUE NUM
MOBI / EPUB

© 2019 NUM Éditeur

  • White Instagram Icon
  • w-facebook
  • White YouTube Icon
  • w-twitter