eBOOK : 7,99 $ / 5,79 €

kim_cover.png
0
 
LIRE UN EXTRAIT :
 
KIMIKO AUX ENFERS - REVUE DE PRESSE
 

« Il est toujours un peu délicat de juger du mérite d’un roman lorsqu’il est le début d’une saga. Il n’en demeure pas moins que Thierry Gagnon accroche le lecteur avec une histoire vraiment pas banale. Cette petite fille du 21ème siècle, accro à son téléphone et ses textos, ne connait en effet rien des dieux d’une olympe qu’elle rencontre. Ceux que l’on croise sont en furie contre les hommes qui les ont oubliés. Le langage est loin des déités ampoulées que l’on peut imaginer, pensez à une remise à jour qui n’est pas sans humour, parfois acide, toujours mordant. Le contraste entre ces personnages dramatiques et la naïveté de Kimiko, qui se demande si tout cela n’est pas un mauvais rêve, est la force du roman, tout comme la nouvelle mythologie créée pour des dieux loin des peplums d’Hercule. Je n’ai d’ailleurs pas été sans penser à quelques occasions à la série télévisée Xena et son regard neuf et souvent enjoué sur les anciens dieux grecs. Le potentiel est énorme, reste à voir où se dirigera Gagnon. Beau départ. Vivement la suite ! » — Mario Giguère, La horde Geek

 

« Kimiko aux Enfers est un livre franchement agréable ! C’est une plongée au cœur de la mythologie avec ce qu’elle comporte de mystère et de magie. L’aventure passe à un train d’enfer – il fallait bien faire un jeu de mots – et les questions s’amoncèlent sur un final de tourmente : il nous faut la suite. Une construction vraiment solide et une intrigue prenante. »  — Alain Touffait, Le Patelinant

 

« Le contenu de ce livre est pour moi une réelle merveille, une belle découverte qui m’aura passionné de bout en bout. L’aspect mythologique est fort bien utilisé dans un contexte contemporain, apporté notamment par Kimiko, à la personnalité rebelle et insolente mais également très drôle, ainsi qu’à sa relation avec Prométhée, devenu son gardien dans le monde des Enfers. »  — Les Plumes Baroques

 

 
RÉSUMÉ

 

Prise au milieu d’un conflit millénaire entre les dieux de l’Olympe, Kimiko doit traverser les Enfers grecs et trouver le moyen de sauver ses parents, injustement condamnés à une après-vie qui n’est pas la leur. Armée seulement de son courage et de son téléphone mobile, elle devra faire face aux monstres terrifiants et aux dieux à bout de nerfs qui se dresseront sur son chemin.

 

C’est ainsi que commence une vaste épopée qui explore la collision entre le monde des légendes et le nôtre.

 

EXTRAIT

 

... Le voyageur était arrivé à destination, mettant enfin pied sur les pierres sacrées dont il avait été si longtemps et si cruellement séparé. Il s’était imaginé être accueilli par la chaleur réconfortante du soleil hellénique, caressé par le doux arôme des oliviers. Malheureusement, lorsqu’il émergea, il ne fut accueilli que par le brouillard et la pluie. Son chapeau à large bord ne lui offrait qu’une protection partielle contre de telles intempéries et, déjà, ses vêtements se retrouvaient gorgés d’eau. Mais qu’à cela ne tienne ! D’une pensée, il sécha sa tenue et tint la pluie à l’écart de sa personne, comme s’il avait été enveloppé d’une pellicule imperméable et invisible. Il n’était pas question que le grand Hermès ait à endurer une telle ignominie !

 

Le ciel déchargea alors une série d’éclairs sur Athènes, couvrant l’Acropole du son de son tonnerre. L’ordre des choses était perturbé et les éléments protestaient ce viol de la réalité.

 

La tempête qui sévissait reflétait aussi l’émoi du voyageur. Il était profondément déçu de ne pas être entouré par une foule d’adorateurs célébrant le miracle de son retour avec ferveur et exaltation par le sacrifice d’une multitude d’animaux et de denrées précieuses. Au lieu de cela, il se retrouvait dans un temple ruiné, abandonné par les hommes. Mais que s’était-il passé en son absence ?

 

Les deux serpents enroulés autour de son bâton sacré, le caducée, alertèrent leur maître d’un long sifflement modulé. Ils lui indiquaient qu’il n’était pas aussi seul qu’il le croyait. Il fit demi-tour et entraperçut deux vagues silhouettes non loin. Soucieux de sa dignité, le voyageur recoiffa ses mèches blondes mises à mal par la pluie, replaça son chapeau ailé et ajusta le drapé de sa tunique au-dessus de son épaule.

 

Touchant à peine le sol parsemé de flaques d’eau, il s’approcha des inconnus, prêt à proclamer sa colère divine. Dans quel état déplorable avait-on réduit ces lieux sacrés ? Et quelle réception infâme ! Durant son absence, la race des hommes semblait avoir pris de fort mauvais plis. On tourne le dos quelques siècles et puis tout se retrouve à vau-l’eau ! Les choses allaient changer maintenant qu’il était de retour…

 

Alors qu’il s’avançait, les serpents furent saisis de spasmes colériques. Ils se tortillèrent, s’agitèrent, sifflèrent, comme s’ils reconnaissaient quelqu’un de profondément détesté. Une des silhouettes se dressa devant lui. Stupéfait, Hermès vit que cette personne le dépassait d’au moins une tête, et ce, malgré le fait que ses propres pieds lévitaient à quelques centimètres du sol. Bientôt, un visage prit forme derrière le rideau de pluie.

 

— Voilà un retour d’exil manqué s’il en est un ! Je ne te salue pas, Hermès, prince des voleurs.

 

Cette voix, maintes fois damnée, fit bouillir le sang divin d’Hermès. Il la reconnut sur-le-champ : c’était le ton rocailleux du traître Prométhée, voleur du feu céleste et responsable de son bannissement millénaire. Sous des cheveux grisonnants et détrempés, le visage de Prométhée n’avait pas changé. Le teint basané du titan était buriné de profondes rides où ruisselait la pluie jusqu’à ce qu’elle aille se perdre dans l’enchevêtrement de sa barbe d’un gris sablonneux. Il était accoutré d’un ridicule habit à présent ruiné par la pluie.

 

— Prométhée ! grinça-t-il en insufflant dans sa voix tout le mépris qui le brûlait. J’aurais dû m’attendre à te voir tenter de gâcher mon glorieux retour.

 

Prométhée s’inclina légèrement en une parodie de révérence tout en se plaçant devant la fillette afin de mieux la cacher du regard d’Hermès.

 

— Merci pour cet aimable compliment, mais j’en suis indigne. Ton petit spectacle sons et lumière s’est très bien chargé de chasser tous ceux qui auraient pu assister à ce fiasco.

 

Sans attendre une réponse, Prométhée se redressa et monta le ton :

 

— Tu dois à présent retourner à l’Olympe et laisser aux hommes le loisir de suivre leur destinée. Comprends maintenant que toi et tes semblables n’avez plus votre place ici !

 

— Insolent ! Je…

 

Hermès allait réagir à l’insulte du vieux Titan quand les serpents s’agitèrent, attirant son attention vers l’enfant accroupie derrière le traître.

 

À première vue, il crut voir un garçon. Puis, remarquant divers autres signes subtils comme la féminité du visage, Hermès dut se rendre à l’évidence qu’il avait bien une fillette devant les yeux. Mais au lieu de porter le court péplos dont les jeunes filles sont normalement vêtues, l’adolescente était plutôt affublée d’oripeaux encore plus risibles que ceux du Titan. Des tissus vulgaires et disparates lui enserraient le corps. La tête de l’enfant était coiffée d’un grotesque casque cramoisi couvert de boue, la défigurant de son affreuse palette protubérante. L’image d’un crâne au sourire insolent le dévisageait depuis le torse de la fillette. Cet apparat bigarré ne pourrait qu’offenser la vue de quiconque aurait la mauvaise fortune d’y poser le regard.

 

Hermès maudit la dégénérescence que le monde humain avait pu subir pour en arriver à produire un tel affront ! Mais les détails les plus accablants étaient sans aucun doute les cheveux noirs trop courts et les yeux bridés qu’aucune trace d’adoration ne faisait briller… Stupéfait, Hermès réalisa que cet enfant n’était autre qu’une barbare inculte, probablement une esclave, venue d’une contrée lointaine.

BANDE ANNONCE
CHÂINE YOUTUBE
L'AUTEUR
Thierry Gagnon

Ancien libraire, passionné de bande dessinée et de science-fiction, Thierry fait maintenant carrière dans le domaine des agences interactives et des jeux vidéo. Dans sa jeunesse, il publie ses propres bandes dessinées sous forme de fanzines puis, plus récemment, il expérimente avec l’impression numé- rique pour autopublier son premier roman, « La Boue », maintenant offert chez NUM Éditeur.

En 1998, il entame avec son copain Mathieu Pigeon l'élaboration de la saga mythologique Renaissance. Initialement un projet de bandes dessinées, cette série s’est finalement transformée en romans dont Kimiko aux Enfers  est le premier tome.

 

Kimiko aux enfers

Renaissance, tome 1

Format ePub et Kindle / 218 pages
Collection NUM FICTION
ISBN 978-2-924286-27-2

 

Numérique : 7,99 $ / 5,29 €

Papier : 14,99 $ / 10,39 €

DU MÊME AUTEUR :
AUSSI EN VENTE SUR :
ÉDITION PAPIER :
 
BOUTIQUE NUM
EBOOK / PAPIER

© 2020 NUM Éditeur

  • White Instagram Icon
  • w-facebook
  • White YouTube Icon
  • w-twitter